UJPDG: Interview exclusive de Marius Assoumou un an après son investiture.

0
1097
Marius Assoumou Ndong, Secrétaire Général Adjoint du PDG en charge de la jeunesse.

Voilà un an que Marius Assoumou Ndong, ancienne gloire du basketball gabonais, est devenu le numéro un de l’Union des Jeunes du Parti Démocratique Gabonais (UJPDG). Il a nous a accordé une interview dans laquelle il revient sur ces douze mois et donne une esquisse de ce qu’il réalisera en 2019.

Direct241: Monsieur Marius Assoumou, voilà un an que vous avez été porté à la tête de l’Union des Jeunes du Parti Démocratique Gabonais (UJPDG). Que peut-on retenir de votre bilan?

Marius Assoumou: « Je tiens dans un premier temps à vous remercier de l’intérêt que vous portez au Parti Démocratique Gabonais, en vous intéressant à nos activités.
Aussi, avant d’entrer dans ce débat, il serait moralement correcte d’indiquer que le mérite de toutes nos actions revient au Secrétaire Général du Parti, le Camarade Eric DODO BOUNGUENDZA. C’est lui qui met en musique le concept de Régénération et Revitalisation de notre Parti. Car ne jouissant plus d’autonomie, l’UJPDG est directement rattachée au Secrétariat Exécutif, qui lui est géré au quotidien par le Secrétaire Général du Parti.
Alors, ce qu’il faut retenir de notre première année d’exercice est que nous étions à une année d’une élection capitale pour notre Parti. Car nous sortions d’une course présidentielle en 2016 dont le PDG a fini en tête, et dont les résultats ont demeuré longtemps contestés. Les précédentes élections générales étaient pour nous une manière de taire toute forme de critique en ayant la majorité aux conseils locaux et à l’assemblée nationale.
Aussi, cette première année de gestion nous a permis de nous rendre compte qu’en politique, tout comme au sport et dans la vie en général, il n’y a que le travail qui paie. Le meilleur travail à faire politique étant la présence sur le terrain, nous avons passé le temps auprès de plusieurs jeunes, ce qui a permis que nous accompagnions certains d’entre eux »

Direct 241: Plusieurs de vos détracteurs et même certaines voix au sein de votre formation estiment que vous êtes le « SGA d’Oyem » en raison de vos rares apparitions dans les autres provinces du Gabon. Avez-vous décidé de centrer toutes vos actions sur cette localité dont vous êtes natif? 

Marius Assoumou: « (Rires).Nous sommes des acteurs politiques, même avec un rôle national comme la plupart d’entre nous, nous appartenons d’abord à une province, à un département et à un siège. Étant en année électorale, il était important pour moi de maximiser mes activités dans cette localité, car beaucoup me connaissant comme basketteur et homme d’affaires, il était primordial de m’étendre dans mon siège et ma commune avec ma casquette politique.
N’oublions pas qu’un homme politique sans base ne pèse pas et ne peut pas bien aider son camp. Je ne pense pas que la liste dont j’étais en deuxième position aurait fait un si bon travail dans mon siège si j’avais été absent depuis ma promotion. C’était un mal nécessaire. Car le résultat est là.
Pour terminer avec cette question, je pense que c’est aussi un peu dur de conclure que je ne vais que dans ma localité. J’ai été dans l’Ogooué Ivindo, où nous avons ouvert deux stations de lavage de véhicules en plus, et dans l’Ogooué Maritime où nous avons offert des cours de vacances et des kits scolaires aux enfants ».

Direct 241: Régénération, revitalisation, accélération de la transformation. Le PDG a de bien gros slogans. Sur le terrain, que devons-nous attendre de l’UJPDG, qui au-delà de la politique est une association de jeunesse?

Marius Assoumou: « Chaque époque a ses particularités. Au sortir du Congrès de décembre dernier, le Distingué Camarade Président Ali Bongo Ondimba a lancé la Régénération et la Revitalisation, ce concept est mis en musique par le Camarade Secrétaire Général à Eric DODO BOUNGUENDZA. Nos slogans ne sont pas de vains mots. Ce sont nos «idées cadres», qui nous orientent sur le respect du plan de travail que nous nous sommes donné.
L’UJPDG est un organe du Secrétariat Exécutif, et non une association de jeunesse. Nous sommes dans la stratégie globale de fonctionnement dont le Camarade Secrétaire Général donne le rythme. Ce qu’il faut attendre de nous est une présence régulière sur le terrain dans le combat perpétuel d’épanouir, soutenir et accompagner la jeunesse de notre pays ».

Direct 241: Un dernier mot à nos lecteurs.

Marius Assoumou: « Le Président de la République est un homme qui a de l’ambition pour développer notre pays, au regard des mesures fortes et décisions courageuses qu’il prend. Il a ainsi compris qu’il ne peut le faire sans promouvoir et vanter les mérites de sa jeunesse à chaque fois que l’occasion lui est présentée.
Le fait de dédier sept ans aux jeunes est un signe révélateur de la confiance qu’il a pour nous. C’est à ce même titre qu’il a lancé la Régénération et la Revitalisation au sein du Parti Démocratique Gabonais, qui a aujourd’hui 50 ans, et dont nous sommes les précurseurs pour les 50 prochaines années. C’est à la jeunesse de saisir les opportunités que le leader exceptionnel que nous avons à la tête de ce pays nous offre au quotidien.
J’appelle donc la jeunesse gabonaise à plus de responsabilité, à être plus prudente quant à certains de nos aînés qui nous utilisent pour leur épanouissement personnel, et je souhaite que notre jeunesse joue plus collectif et que nous soyons plus solidaires entre nous, car nos divisions servent à d’autres personnes.
Enfin, durant notre première année, outre nos prérogatives politiques quotidiennes, l’UJPDG s’est investie prioritairement dans la lutte contre la prolifération des déchets plastiques non biodégradables. Cette année, le combat contre les violences en milieux scolaires est notre cheval de bataille. C’est un phénomène à prendre au sérieux. Le devenir de notre pays en dépend ».

Consultez le bilan de l’UJPDG sur les douze derniers mois

 

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here