Chronique : Willy a dit…

0
182

Mercredi 27 mai 2020.

Un jeune Gabonais dans une vidéo devenue virale sur la toile avait dit : « celui qui fait dans l’émotion n’a pas d’ambition ». Ce réalisme est si bien appliqué par notre lesbienne nationale «SEEG » qui provoque en ce moment une vive émotion chez les Gabonais en leur attribuant les codes Edan erronés. Que celui qui boude réalise une vidéo comme celle de la demande d’aide que la Société Nationale Immobilière (SNI), qui a répondu favorablement à poursuivre les travaux de la maison inachevée du Phénomène Ndong Mboula.

Le connaissant, nous osons espérer dans un futur proche que son caractère ne serait pas comparable à celui des Étudiants Gabonais de Dakar qui, malgré les mesures gouvernementales instaurées dans la riposte Sénégalaise contre le #Covid19, font du tapage nocturne. Ils se croyaient au quartier cocotier où les jeunes jouaient au ballon sur la route principale en plein confinement total. Comme les chats ne font pas les chiens, nos chers étudiants se sont peut-être identifiés à notre très célèbre diasporaActiviste.

Ces pseudo activistes qui ne cessent de polluer la toile des ingrédients de cuisine, parce qu’une marmite dans laquelle #jojo et #pampam, sans oublier #mismis ont raté un chili s’est renversée. Cette petite guéguerre nous a quand même servi à prouver aux filles, qu’offrir un téléphone à une femme dans ce pays voulait dire que le donneur entretient le puits d’amour. Lol

C’est normal dans un pays où « Cado » est mort, même la fondation Sylvia Bongo lance ce mercredi 27 mai l’opération « 1 masque, 1 journal », en collaboration avec L’Union Sonapresse. A l’achat d’un journal, vous recevez un masque chirurgical gratuit offert par la Fondation. Elle a vu juste, ces masques chirurgicaux ont une durée de vie semblable à un journal l’#Union. 3 heures au maximum.

Notre ami corps habillé ne nous dira pas le contraire, après avoir raté des coups de poings et être renversé comme du n’importe quoi par un jeune qui voulait casser la pauvre maison de la famille Obiang Ona. Réalisant que la mesure de prise en charge des loyers par l’État Gabonais est du pur vent. Moi j’y crois.

D’ailleurs, nous allons construire un minimum de 5.000 logements par an. Je dis bien, un minimum de 5 000 logements par an. Et, cela sera effectif même si le Mouvement Social des Travailleurs Gabonais Vaillants (MSTGV) a envahi l’esplanade du ministère de la Fonction Publique le 25 mai, pour revendiquer l’application des recommandations du Forum de la Fonction Publique. Le MSTGV estime que la deuxième phase du recensement des fonctionnaires ne devrait pas avoir lieu.

Elle légitimerait la réhabilitation de 11.000 fonctionnaires fantômes. Je me demande de quels fantômes parle-t-on. Est-ce celui de la personne qui avait dit « Dieu ne nous a pas donné le droit de faire du Gabon……. », ou de celui qui avait déclaré après une partie de jeu de cuir que « j’ai vu la mort » ? Nous le savons, pas seulement les Gabonais, que la plupart de ces 11.000 personnes descendent à l’aéroport Léon Mba avant et pendant ces fameux recensements. #Abimtê.

C’était Willy, dame SEEG je ne te lâche pas. Il faut donner aux Gabonais les unités promises par le Président Ya Ali.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here