Chronique : Willy a dit…

0
68

Samedi 13 juin 2020.

Le conseil de Ministres a mis fin à la prise en charge par l’Etat des factures d’eau et d’électricité de notre lesbienne nationale #SEEG des Gabonais économiquement faibles, pendant la période de prévention, de riposte et de lutte contre la COVID-19. Aussi, la mesure gouvernementale fixant la gratuité des loyers pour les personnes privées de revenus prendra fin ce 30 juin.

Ça veut dire ce que ça veut dire, et celui qui boude …il bouge. Alors que l’épidémie de Coronavirus survole à basse altitude notre pays selon le #Copil, et son impact économique se fait chaque jour plus évident, sans oublier les appels à l’aide qui se multiplient. Voilà une décision difficile à soutenir. Cette aide circonstanciée était importante d’un point de vue psychologique. En ces circonstances uniques, il est donc essentiel de ne pas négliger un tel apport.
Le visage peu rassurant qu’affiche le futur. Le climat politique et social devient un climat lourd de tous les dangers, de toutes les remises en question des valeurs acquises de notre démocratie et de notre République. La crise sanitaire, devenue économique à laquelle nous sommes confrontés n’est pas petite. Plusieurs milliers de personnes ne sont plus en mesure d’honorer leurs dettes, ce qui entraînera une augmentation massive du nombre de pauvres, des maladies sociales, de la violence et pire encore, nombreuses sociétés et petites entreprises deviendront insolvables.

Tout au début de la crise, les critiques ont été formulées à l’égard du plan d’aide initié par le Gouvernement de la République pour soutenir des Gabonais économiquement faible. ces derniers disaient qu’au lieu de s’attarder sur les bons d’achats, la distribution des kits alimentaires, il serait mieux de mettre en premier plan la lutte contre le #Covid19, en vue de rendre rapidement aux Gabonais leur liberté de la débrouillardise ainsi que leur autonomie financière boiteuse.

On le disait, les plans d’aide de ce genre ajoutent un fardeau supplémentaire sur les épaules des ménages, alors même qu’ils sont déjà très affectés par l’inquiétude générée par le Covid-19. Une aide de ce type présente plusieurs inconvénients, comme un effet de « faiblesse de la volonté ». Une mentalité de jeu qui consiste à tout dépenser une seule fois, laissant la personne vulnérable au moment de la phase suivante.

Confinées et sous le dictat des couvre-feux, les populations les plus défavorisées – opérant dans le secteur informel – sous une tension financière atroce finiraient par sortir des maisons sans autorisation pour trouver à manger. Adieu le respect des mesures barrières et le couvre-feu.

Je me demande où sont passés des sages de ce pays pour nous rappeler nos racines et donner un soubassement culturel à nos actes. #Abimeté.

C’était Willy.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here