Chronique : Willy a dit…

0
57

Lundi 13 juillet 2020. Depuis le début du confinement, nos usages numériques ont considérablement augmenté. Les Gabonais ont compris que la meilleure information est celle que la population elle-même va chercher, et donner au grand public. Finie l’époque où il fallait attendre 20 heures pour une information mal traitée. Les médias traditionnels, nous l’avons compris, sont dans la filtration et dans le retard de l’info. En plus, les DG de ces médias étant nommés par le pouvoir, semblent moins tolérants à la divulgation de certaines vérités.

Alors que par la force et la sincérité d’une information, le pouvoir établi s’oblige à se conformer aux prescrits des lois, de peur qu’il ne soit avili et défié par l’émotion et l’irrationalité populaire. Aujourd’hui, l’éveil de consciences et sa tendance sembleraient réformer Facebook en une chaîne d’information nationale incontournable, fiable et plus suivie. Nous avons pris conscience que la dénonciation sûre et vérifiée dans un pays, aide la démocratie à se promouvoir. Elle aide à mieux comprendre les méandres du Gouvernement en place par ses stratégies politiques, et en mettre au courant la population qui saura elle-même comment se défendre au besoin.

Malheureusement, l’opposition qui devrait épauler et conduire la population ne semble pas être de son côté. Sa technique de jouer en même temps sur deux terrains en parallèle, ajoutée au passé des membres, démontrerait la face cachée de cette opposition opportuniste. A chaque nouveau Gouvernement, de nouvelles têtes de l’opposition. Comme pour nous notifier que les membres se joignent dans cette mission qui consisterait à s’enrichir par n’importe quel moyen sous les yeux d’argus de la population et sous ceux faiblards de la Justice.

L’ expérience a pleinement démontré que le peuple devrait faire cavalier seul dans la quête de la justice et du bien-être social. L’exemple récent des confessions religieuses qui viennent d’obtenir gain de cause sans pourtant associer un leader politique, ou à un parti politique à leur lutte, devrait faire école. De cette façon, la population tomberait rarement dans les travers d’une trahison perpétuelle qui fait qu’à chaque fois que nous mettons des visages à nos luttes sociales, seuls les représentants sortent satisfaits. Et, la population est toujours laissée pour compte. Conséquence, les appels à manifester passent sous silence face à la conscience accrue de l’échec de la plupart des luttes.

Nous devons nous poser des questions, pourquoi l’opposition Gabonaise n’arrive pas toujours à séduire la population pour qu’elle puisse se révolter ou se soulever malgré le comportement des actions anti-démocratiques, des actes de corruption, de l’incompétence à outrance, de l’irrespect des institutions républicaines, de vols et de gaspillage des biens de l’État par le Gouvernement ? #Abimtê.

C’était Willy, bon début de semaine !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here