CNSS: Satram cumule une dette de près de 15 milliards

0
221
Le siège social de Satram Gabon, à Port-Gentil

La Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) est dans une situation financière embarrassante, selon sa directrice générale. Si on peut imputer cet état de fait à la mauvaise gestion de la structure au fil des années, plusieurs entreprises lui doivent de l’argent, à l’exemple de Satram.

Près de 15 milliards de Fcfa, exactement 14.134.241.927 milliards; c’est la somme que Satram doit à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS). Immatriculée 001-0026122-M, l’entreprise spécialisée dans la logistique pétrolière et portuaire, est dans la longue des entités qui contribuent par leur dette à l’effondrement de la Caisse.

« A mon arrivée, en juillet 2018, j’ai trouvé une société sans organisation, avec une dizaine de directions, de lourdes charges non maitrisées, une gestion sporadique, plusieurs services non productifs, une absence de contrôle, des effectifs pléthoriques, plusieurs mois de salaires impayés, un patrimoine dispersé ou encore, la perte de la majorité des contrats cadres », déclarait Saïd Znaki, le Directeur Général de Satram au mois de mars dernier. Un regain de forme qui ne semble pas le pousser à solder sa dette à la CNSS, qui éprouve des difficultés à exécuter ses prestations sociales.

Comme Satram, plusieurs entreprises sont en partie la cause des problèmes de la CNSS, du fait de leur mauvaise foi dans le paiement des cotisations sociales de leurs employés.« Nous souhaitons finaliser le renouvellement du parc de véhicules de location, poursuivre la politique de réparation et mise à niveau de la flotte maritime, continuer la régularité du paiement des salaires qui est très importante à nos yeux. Nous nourrissons également l’ambition de nous ouvrir sur la sous-région en reprenant le cabotage international notamment ». Dans ces objectifs annoncés par Saïd Znaki il y a quatre mois, le paiement des cotisations sociales semble être le cadet des soucis de Satram.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here