Liberté de la presse: L’OPAM appelle à la réforme de la HAC et tance son président

0
76

La Haute Autorité de la Communication (HAC) est la cible de vives critiques de la part des hommes de presse et même de l’opinion nationale depuis quelques jours. La faute à de nouvelles sanctions qui ne sont pas du goût de l’Organisation Patronale des Médias (OPAM).

Yves-Laurent Goma, correspondant de RFI au Gabon, suspendu pour deux mois sans préavis, en raison d’un article où il a affirmé que le Président Ali Bongo Ondilba ne s’était pas levé pour saluer les troupes lors de la parade militaire du 17 août dernier. Dans la foulée, le site d’informations Gabonreview, suspendu pour 3 mois, au motif qu’il aurait manqué de respect à la HAC. Le régulateur des médias n’a pas fait dans la dentelle cette semaine. Les esprits s’échauffent et à Gabonreview, la rédaction ne semble pas disposé à obtempérer. L’OPAM est également montée au créneau pour dire son indignation.

L’Ogranisation des hommes de médias accuse la Haute Autorité de tuer les entreprises de presse par ces sanctions intempestives.« L’OPAM déplore pour le condamner, la mise à mort des entreprises et de la liberté de la presse au Gabon par la Haute Autorité de la Communication. Par ailleurs, elle met en garde le président de cette institution ainsi que le collège des conseillers contre une situation ayant des conséquences économiques et sociales néfastes aussi bien localement qu’à l’international, pour ce qui est du climat des affaires », a réagi l’OPAM dans un communiqué signé par son président Guy Pierre Biteghe, en date du 23 août 2019.

Manifestement outré, l’OPAM souhaite que les choses changent du côté du« père fouettard de la communication », et même que toute la législation encadrant le secteur soit révisée.« L’OPAM exige la réforme aussi bien de la HAC que du Code de la Communication qui, aujourd’hui, sont devenus des outils des outils aux mains d’un groupe de personnes, et principalement de son président, qui s’en servent pour des règlements de compte ». Le positionnement de l’Organisation Patronale des Médias ne pouvait pas être plus explicite.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here