Titres fonciers de l’État: Le directeur général de la CDC rassure les sceptiques

0
59
Herman Nzoundou Bignoumba, l'ADG de la CDC.

La décision de transférer les titres fonciers de l’État à la Caisse des dépôts et consignations (Cdc) divise l’opinion depuis le dernier conseil des ministres. Alors que plusieurs y voient une volonté de brader le territoire gabonais, le patron de cette entité explique qu’il n’en est rien.

C’est dans une interview parue dans le quotidien l’Union de ce lundi 14 octobre 2019 qu’Herman Nzoundou Bignoumba évoque la question des titres fonciers de l’État gabonais, cédés à la Cdc lors du dernier conseil des ministres. Le directeur général de cette entité publique à caractère industriel et commercial, se veut rassurant: les terres placées sous son administration ne feront l’objet d’aucune vente. «Il ne s’agit nullement pour le gouvernement de brader le domaine foncier de la République Gabonaise (…) l’État transfère dans le bilan d’une entité publique les titres fonciers portant la mention « République Gabonaise », à l’exception de ceux affectés aux services publiques », a déclaré M. Nzoundou Bignoumba.

Le haut responsable qui rappelle que la mission de ladite structure est de« sécuriser et de rentabiliser les valeurs qui lui sont confiées », explique que la décision du gouvernement gabonais« vise surtout à la taille des capitaux propres de la CDC ». Il en a également profité pour faire ma différence entre les 1534 titres fonciers confiés à la CDC et ceux des domaines public et privés. Invité à réagir sur les idées répandues par les frondeurs, Herman Nzoundou Bignoumba estime qu’il en va du jeu démocratique.« Au-delà du caractère vindicatif de certaines publications, je considère qu’il s’agit pour la plupart des compatriotes d’une quête légitime d’information », a réagi l’intéressé.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here